Une nouvelle enquête menée par Simple Landlords Insurance a constaté que, malgré les changements politiques récents, l’état d’esprit reste le même pour la majorité des propriétaires britanniques.

 

Selon le rapport, quatre propriétaires sur cinq n’ont pas l'intention de changer leurs plans d’investissement dans les biens destinés à la location, en dépit du Brexit qui éveillait pourtant des craintes sur le ralentissement du marché de l’immobilier. Seulement 9% disent que le vote du Brexit va retarder l'expansion de leur patrimoine, tandis que 3% pensent investir encore plus. 3% également déclarent prévoir la vente d’une propriété.

L'enquête révèle que la majorité des propriétaires ne changeront pas leur stratégie d'investissement dans le sillage des plans du gouvernement pour réduire le cout des intérêts hypothécaires concernant les achats destinés à la location.  Cependant, en 2020, les propriétaires ne seront plus autorisés à déduire le coût de leur intérêt hypothécaire de leur revenu de location lors du calcul du loyer, ce qui signifie que l’impôt sera payé sur le chiffre d'affaires plutôt que le profit. 70% des personnes interrogées disent que les projets fiscaux du gouvernement n’affecteront pas leur plans, 4% disent qu’ils souhaitent investir d’avantage suite à ces changements, 12% préfèrent attendre avant d’investir de nouveaux, tandis que 8% souhaitent vendre une ou plusieurs propriétés.

Cependant 20% des propriétaires déclarent qu'ils attendent d'augmenter leurs loyers l’année prochaine. Seulement 1% des propriétaires veulent réduire le loyer, alors que 79% désirent maintenir le loyer au même niveau au cours des 12 prochains mois.

En général, 48% des propriétaires sont de tout même inquiet par la législation, à égalité avec les périodes d'inoccupation, suivis par 39% qui sont préoccupés par les modifications fiscales.

Enfin, la plupart des propriétaires se sentent confiants dans leur investissement, avec près de 90% d’entre eux ayant l'intention de rester propriétaire dans les deux prochaines années à venir ; 33% envisagent même d’augmenter leur nombre de propriétés.